Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lac des Rouges Truites: pêche au lynx

Publié le

Quelle surprise pour cet habitant du lac des Rouges-Truites (39) ce matin du 27 novembre 2008. Là tout près des habitations, il voit une forme... un animal : un chat ? Drôle de chat, bien trop gros mais surtout avec une fourrure peu commune : brun-roux,  tachetée. Un lynx, sûrement ! On en parle pas mal depuis quelques années dans le jura. Depuis qu'il est revenu coloniser les forêts. Faut dire qu'éleveurs et chasseurs l'ont à l'oeil.. Et même dans leur ligne de mire.
Mais bon ! Il s'agit tout de même d'un animal protégé . Eradiqué pendant près d'un siècle, depuis une trentaine d'années il est revenu dans l'Hexagone, grâce au travail acharné d'une poignée de naturalistes convaincus. Heureusement, car ailleurs, les populations sont en mauvais état ( CF article précédent sur le lynx des Balkans).
Mais celui de ce matin, est un petit lynx, un jeune qui cherche de la nourriture. Il est si affamé qu'il se risque à venir fouiner du côté des gamelles de ses lointains cousins les chats.
Le Jurassien se décide d'alerter les garde de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (l'ONCFS). Celui-là sait ce qu'il faut faire face à une telle situation. : prévenir le centre Athénas situé à l'Etoile, près de Lons le Saunier, seul refuge en France habilité à recueillir des lynx. Et puis, leurs animateurs sont habitués. Ils savent comment s'y prendre pour venir en aide à un tel animal qui, bien que fort sympathique, demeure avant tout sauvage.

Et voilà un peu plus tard Gilles Moyne, le responsable et fondateur du centre Athénas arrive sur les lieux, avec une aide.
Le petit lynx n'est pas loin. Curieux, mais farouche ! pas question pour lui de se jeter dans la gueule du loup ( en l'occurrence l'homme).
Tout ce petit monde réfléchit à l'endroit stratégique pour installer une cage piège. Mais le roublard petit lynx commence à sentir le roussi. De la haie de thuyas où il s'est réfugié, il s'échappe et, sans complexe, traverse la rue principale du village pour gagner les pâtures et se diriger vers une ferme isolée.
Les hommes l'observent . Pas de doute, l'animal est en mauvaise santé. Son pas, son allure... tout indique une absence de vaillance. À coup sûr, il est dénutri. Depuis combien de temps ?
Gilles Moyne sait que la fin de l'automne et le début de l'hiver sont des périodes néfastes pour les jeunes lynx. Bien sûr, il y a les collisions inévitables avec les voitures ! Mais surtout un nombre inconsidéré de chasseurs « mauvais citoyens » qui ne respectent pas la loi. Alors, discrètement, quelques lynx disparaissent sous les plombs de ces inconscients.
En 2007, juste avant noël, le centre Athénas avait déjà recueilli une jeune femelle lynx, orpheline. Après six mois de soins, elle a été relâchée au printemps 2008...
Donc, il s'agit très certainement d'un jeune lynx orphelin. La mère est morte. Comme les mises bas se déroulent à la fin du printemps, voire au début de l'été, l'animal a, tout au plus, cinq ou six mois. C'est ce qu'analysent les observateurs.
Compte tenu à présent de son éloignement, il faut abandonner l'idée de le capturer avec la cage piège. Mais tenter l'épuisette.
Et nous voilà à présent en plein épisode de Daktari ( vieille série télé des années soixante). Une voiture, une épuisette et... en avant ! L'animal est acculé contre le mur d'une maison. La pêche est efficace.
Si joli qu'il soit, le petit lynx n'est pas moins peu commode. Allez lui faire comprendre que vous le capturez pour son bien ! Qu'il va enfin pouvoir manger à sa faim... ! Ce qui l'intéresse, lui, c'est la liberté. Point barre !
Enfin ! il ne le sait pas, mais il est sauvé.
Au centre, il est examiné : C'est un mâle de six mois qui mesure 46 cm au garrot et pèse 5,6 kg. À son âge, il devrait peser près 9 kg. Ce qui fait évaluer à environ un mois la durée de son jeûne.
D'autre part, l'animal a deux plaies infectées au-dessus du crâne et une sous le maxillaire inférieur. Cela correspond très certainement à des morsures de chien.
Aujourd'hui, le petit lynx est tiré d'affaire. Soigné, nourri, il passe ses journées en compagnie d'une femelle adulte, Raïssa, récupérée il y a quelques années par le centre, victime du trafic d'animaux. Aujourd'hui celle-ci coule des jours meilleurs dans le Jura où elle est chargée de l'accueil, du suivi et du réconfort des jeunes lynx orphelins. Bref, elle a écopé d'un rôle d'éducatrice, ou d'assistante sociale... À elle seule, elle est une cellule psychologique pour petits lynx traumatisés.
Comme il a été « pêché » au lac des Rouges-Truites, le jeune lynx a été baptisé, selon la tradition de donner un nom en rapport avec le lieu de capture, Fario.
Il sera remis en liberté au printemps prochain dès l'autorisation ministérielle donnée. A cet âge, il ne fait aucun doute que l'animal pourra se réadapter à une vie sauvage satisfaisante
Mais le centre Athénas attend davantage des pouvoir publics : qu'une bonne fois pour toute, le ministère se positionne très officiellement sur sa politique de conservation du lynx en France. C'est pas  sorcier. Pas couteux non plus!  Il s'agit juste de prendre un peu de temps, de rencontrer les  gens concernés ... et de prendre des décisions.  Bref! ça s'appelle tout simplement une volonté.. politique. Rien de plus!
Dominique GROS
Photos : centre Athénas


PS : allez faire un saut sur mon lien avec l'émission les Héros de la Biodiversité : Vous y verrez un mini reportage sur Gilles Moyne et le Centre Athénas et un autre sur Patrice Raydelet ( autre jurassien), le lynx et le patou !
Pour voir d'autres images de lynx aller visiter aussi ce lien des photos extraites d'un superbe ouvrage réalisé par deux spécialistes: Jean-Claude Guenot et Louis-Marie Preau.link

Commenter cet article

gabin 02/03/2009 23:06

Bonjour ! Je tenais simplemment à vous remercier pour votre blog....  C'est un pur bonheur de pouvoir voyager au travers de si belles photographies !Bonne continuation et à bientôt sûremment !

03/03/2009 08:42


Merci! C'est toujours agréable d'avoir des encouragements