Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A nous la liberté

Publié le par Dominique Gros

Voici  des images  du relâcher du lynx Fario dans le Jura,  en début d'été.



C'est un ami, Serge Montagnon, photographe naturaliste de talent, qui me les a communiquées. Merci à lui? C'est sympa de jouer la solidarité... on en a tellement besoin en ce moment.
Il a donc assité  au relâcher de Fario  en juin dernier, avec  les  permanents du Centre Athénas et  quelques " officiels".
Evidemment, un tel événement  est source de beaucoup d'émotions pour un photographe, mais aussi de frustrations.



 Car notre Fario, qui, après  sept mois d'hébergement, de réentrainement à la vie sauvage, avait tout de même  pratiquement doublé de poids. Et c'est un animal d'une  douzaine de kilos qui a retrouvé la liberté.
Le protocole de prise en charge,  au cours de cette période, a été efficace puisque Fario, à peine la porte de sa cage ouverte, a bondit  en direction de la fôret..
 Pas de pauses langoureuses,  subtiles  ou cabotines pour l'objectif!!!




Fario n'a pas tenu à adresser un adieu à ceux qui l'avaient pourtant préservé. .Mais en leur tournant le dos aussi rapidement, le jeune lynx leur a prouvé, à sa manière, qu'ils avaient tous parfaitement rempli leur tache, et qu'il n'était aucunement imprégnié par l'homme...Une manière "très lynx" de dire merci.


Donc, photographies  fugaces, mais tellement  parlantes. Merci à Serge Montagnon,  que vous pouvez retrouver  à l'adresse suivante
http://www.imagesnature.fr

Remarquez autour du cou de l'animal, une balise argos d'un poids d'environ 700g que Fario va porter  pendant  la premiere année  de liberté. Un moyen sûr de suivre ses déplacements et pour les chercheurs du CNRS et les autres, d'étudier son comportement, ses habitudes etc



J'allais oublier!
La semaine dernière, j'étais dans le Jura. Jeudi soir vers 20 h, alors que je roulais sur une petite route... J'ai vu des yeux briller sur le bas côté. Je me suis arrêté et, dans mes phares, j'ai juste eu le temps de reconnaitre  le pelage  fauve, tacheté  dun lynx,  sans doute jeune, qui pénétrait  d'une démarche sereine et féline dans le bois.
 Une minute de  surprise, d'étonnement et ... de joie bien sûr.

 

Commenter cet article

Nicolas 23/02/2010 06:43


 

Bonjour,


De passage sur votre blog via l'annuaire d'over-blog je découvre votre univers, c'est sympa.


Je vous invite à découvrir une série d'affiches pour les jeux Olympiques de Vancouver !


http://www.nicolaslizier.com/


Je vous souhaite une bonne continuation sur votre site et vos projets.


A bientôt


Nicolas graphiste au Canada



23/02/2010 10:09


Merci pour  ce message... veinard! le canada c'est beau.. très beau....
ton travail est remarquable.. j'ai consulté ton  site... évidemment  a coté du tien, je passe pour un amateur. Mais  tant pis J'encourage tout le monde a  aller faire un
saut  sur nicolaslizier.com
bonne continuation
Dominique


Roger Dautais 21/10/2009 22:03


La Liberté n'a pas de prix mais quand elle est offerte par l'homme, à l'animal, ne peut-on pas parler de fraternité. Oh, il est vrai que les sentiments ne doivent pas s'échanger entre espèces.
Déjà, entre nous, les homes, qu'et-elle devenue cette liberté qui met des homes sans papiers en cage volante et les ré-expédie sans un pays en guerre ?
Nous ne sommes pas assez intelligents pour juger des ces actes vertueux commis en notre nom, maissuffisamment pour être priés de donner notre bulletin de vote  à ces politiques.
Dans le cas du Lynx, la cage fut une solution de survie, un geste de protectionde l'homme envers l'animal.
Dans le cas du renvoi des Afghans dans leur pays en guerre, la gage volante fut un acte barbare, quand on sait où ils vont. Je pense que ce geste fut tout sauf fraternel ou humain.

Roger Dautais


lulu 17/10/2009 20:19


Heureusement qu'il y a ce site pour apprendre toutes ces choses!!